Le Directeur Général de l’Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes (APEJ) a effectué ce mardi 06 octobre une visite sur la parcelle agricole exploitée par l’Association des jeunes ambitieux pour le changement de Koulikoro. Il était accompagné pour la circonstance de deux membres de la Cellule de communication et de l’Équipe de la Coordination régionale de l’APEJ.
L’Association des jeunes ambitieux pour le changement de Koulikoro fondée par l’étudiant Aliou Dembélé de la 2è année Licence agronomie à l’IPR/IFRA compte aujourd’hui 147 membres dont quelques ouvriers, des élèves, étudiants et étudiantes. Elle ambitionne de valoriser l’emploi vert en comptant sur ses propres ressources sur l’ensemble du territoire national en s’appuyant sur l’agriculture, l’élevage, la pisciculture et la savonnerie. A ce titre elle a recherché des partenaires pour booster son plan de développement : IPR/IFRA, APEJ, etc.
C’est dans ce cadre que M. Yaya DAO s’est rendu à leur rencontre afin d’échanger avec eux sur la nature du partenariat qu’ils souhaiteraient tisser avec l’APEJ. Auparavant, il a rendu des visites de courtoisie au Gouverneur de région et à la Direction générale de l’IPR/IFRA dont le Directeur des études et le Secrétaire général ont pris part à la visite de terrain. Toutes les parties ont salué l’initiative pour sa pertinence sociale, formative et économique.
La parcelle accrochée sur les berges du fleuve près du petit village de Katibougou arbore une broderie verte et corail de spéculations fleuries : gombo, haricot, arachide. Durant la contre saison, il est envisagé d’exploiter des produits maraîchers commercialisables dans la région. Le champ dispose déjà d’un forage et les étudiants voient grand et loin vers l’horizon du secteur.
Bonnes perspectives, les champs fleuriront d’espérances du moment où l’IPR/IFRA a décidé de mettre à la disposition du groupe un enseignant pour l’encadrement, des formateurs en compostage, son garage, etc. Les besoins exposés ne sont pas au delà des ambitions des jeunes motivés comme jamais pour relever le défi de la production bio et de la commercialisation intégrée dans une chaîne de valeurs agricoles : acquisition de terre, brouettes, pioches, grillage, semences, composts, forages supplémentaires, motopompe.
Les trois parties, APEJ-Gouvernorat et IPR/FRA, se sont engagées à apporter leur soutien à ces volontaires du développement agricole avec une subvention initiale de cinq millions (5 000 000) de fcfa après l’élaboration d’un plan d’affaires et plus tard l’érection de l’association en GIE. Le projet permet en outre de rapprocher la formation de la pratique à travers l’expérimentation. Selon le Directeur des études de l’IPR/IFRA grâce aux stages de l’APEJ les diplômés de l’institution sont aguerris pour l’auto-emploi dans leurs domaines respectifs de formation.
Dans le cadre des Schémas régionaux de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, la mise en œuvre du programme emploi jeune contribue à l’émergence des incubateurs/pépinières d’entreprises. Cette logique d’accompagnement, inscrite dans une démarche qualitative, optimise le taux de réussite des entreprises nouvellement créées. Il s’agit dans le cadre du processus de dynamisation des économies locales et de la promotion des emplois verts, d’employer l’entrepreneuriat comme outil de développement territorial. Le Programme de l’APEJ contribue dans le cadre d’un large partenariat à l’émergence graduelle dans les régions des incubateurs/pépinières d’entreprises dans les secteurs porteurs de croissance et d’emploi, mais aussi d’innovation, telles que celles liées aux emplois verts qui « sont au cœur de l’évolution positive qui relie le changement climatique et le développement ». Les emplois verts réduisent l’impact des entreprises et des secteurs économiques sur l’environnement à des niveaux qui pourraient devenir durables à l’avenir; contribuent à réduire les besoins d’énergie et de matières premières, tout en évitant les émissions de gaz à effet de serre, réduisant aussi les déchets et la pollution, pour s’adapter au changement climatique et réhabiliter les services liés à l’écosystème, notamment l’eau propre, la protection contre les inondations ou la biodiversité et peuvent être créés dans tous les secteurs et types d’entreprises, dans les zones rurales et urbaines, et peuvent inclure des travaux aussi bien manuels que hautement qualifiés.
D’ores et déjà, l’IPR/IFRA et l’APEJ projettent dans les temps à venir de conclure un nouveau partenariat autour de la formation des jeunes étudiants dans les modules de l’entreprenariat. Les deux structures partagent déjà une histoire idyllique et utile : séances de sensibilisation en entrepreneuriat, parrainages de plusieurs événements de l’institution d’enseignement, lancement des programmes de stages, etc.
Leçon, certains jeunes se donnent les capacités propres de faire évoluer les mentalités sur l’emploi.
CICOM APEJ 06 10 2020