Partager

Le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle Me Jean-Claude Sidibé vient de présider ce lundi matin à Mopti (Alliance Franco-Malienne) la cérémonie de lancement des formations en entreprenariat des jeunes non diplômés ou faiblement diplômés du PROCEJ, soit la 4è vague de ce programme.
Le Ministre Sidibé avait autour de lui pour la circonstance outre ses collaborateurs, le conseiller aux affaires administratives du Gouverneur de la Région de Mopti, le Directeur Général de l’APEJ M. Yaya Dao, le Coordonnateur du Projet M. Drissa Ballo, les Chefs de services régionaux, les élus et la hiérarchie des forces de défense et de sécurité. Au titre des bénéficiaires, les jeunes étaient nombreux à la cérémonie.
Promouvoir l’emploi-jeune par la solution entrepreneuriale
Dans son mot de bienvenue, le Maire de Mopti s’est félicité de l’attention particulière portée à sa collectivité nonobstant la situation difficile du pays et de la région en raison de l’insécurité qui a déstructuré et altéré les piliers de l’activité économique comme l’élevage, l’agriculture, la pêche et le tourisme.
Dans son exposé le Directeur Général de l’APEJ a expliqué que la sous-composante exécutée par sa structure depuis 2015 a pour objectif de promouvoir l’emploi-jeune par la solution entrepreneuriale. Elle va donner une chance inouïe aux jeunes déscolarisés, peu ou pas diplômés comme aux autres jeunes diplômés. La composante Entreprenariat niveau 1 est prioritairement destinée aux sortants d’une autre composante et aux jeunes déscolarisés, peu ou pas diplômés. A ce titre 3 000 micros entreprises seront appuyées ou créés pour un total d’environ 6 000 emplois dont 40 à 50% de jeunes femmes pour un coût de 3 milliards de fcfa.
Pour jouer toute sa partition, l’APEJ s’est attelé à la création du Comité de projet, la signature de l’accord de don subsidiaire, la tenue régulière des réunions du comité de projet, la création d’un vivier de 65 formateurs en entrepreneuriat des jeunes non scolarisés ou déscolarisés, la formation de 10 000 jeunes sur l’ensemble du territoire, la remise de capital/fonds de démarrage à 3 615 jeunes, le suivi-accompagnement sur 12 mois.
A la faveur de la revue à mi-parcours du PROCEJ jugée très satisfaisante pour ce qui concerne le volet de l’APEJ, il a été décidé de lui octroyer de nouvelles ressources en vue de former en entreprenariat les sortants des dispositifs de la DNFP et du FAFPA et allouer des kits à certains d’entre eux.
3 000 jeunes sélectionnés dans toutes les Régions dont 40% au nord
La vague 4 visera à former des jeunes candidats au fonds d’amorçage et sortants du programme décentralisé de formation de courte durée et de l’apprentissage mis en œuvre par la DNFP et le FAFPA.
Pour cela, l’APEJ s’appuiera sur le vivier de 65 formateurs pour la formation à l’entreprenariat à partir du niveau 1 de 2 500 jeunes (1 667 du Dispositif DNFP et 833 du dispositif informel du FAFPA) puis l’entreprenariat de niveau 2 pour 500 jeunes sortants du dispositif formel du FAFPA. Il s’agira également de remettre le fonds d’amorçage à 1 200 d’entre eux, accompagner vers le système de crédit à travers la mise en place d’une ligne de garantie pour 720 de ces entreprises bénéficiaires du fonds d’amorçage, assurer le suivi accompagnement des nouvelles entreprises par des prestataires privées pendant 12 mois (ONG et Bureaux d’études), mettre à jour 1 060 plans d’affaires des vagues 1 à 3 déjà bénéficiaires de kits pour solliciter un financement complémentaire au FARE et renforcer 500 micro ou petites entreprises (vagues 1 à 3) portées principalement par des femmes et personnes handicapées.
Conformément aux secteurs prioritaires du PROCEJ, 77% des bénéficiaires évoluent dans le secteur de l’agroalimentaire suivi de l’artisanat qui occupe 15% des bénéficiaires contre 2% pour les BTP et 6% pour le Commerce. Malgré la situation sécuritaire, les bénéficiaires des Régions du Nord représentent 40% de l’effectif total.
L’APEJ félicitée pour ses performances dans la gouvernance du Projet
Dans son discours de lancement, le Ministre Sidibé a remercié les partenaires du Projet dont la Banque Mondiale, l’UCP du PROCEJ, l’APEJ et les ONG pour la qualité de la gouvernance du Projet. Il a souligné que notre pays a l’un des taux de croissance démographique les plus élevés au monde avec une moyenne de 3% et plus de 6 enfants par femme. Cette pression démographique a logiquement des conséquences sur l’emploi notamment celui des jeunes qui constituent la frange la plus importante de la population.
Les jeunes du Mali comme à Mopti sont confrontés à des défis d’employabilité profondément enracinés et aggravés par la crise de 2012. Les entrepreneurs potentiels notamment les jeunes font face à plusieurs contraintes pour réaliser leur rêve. C’est justement à ce niveau, dira t-il, que le Gouvernement du Mali à travers le Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle a positionné l’APEJ dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de Développement des Compétences et Emploi des Jeunes (PROCEJ).
Ainsi sur la base d’un accord de don subsidiaire, le Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle a bien voulu confier à l’APEJ un montant de 5 millions de dollars soit 2,5 milliards de FCFA.
En effet, en décidant de dédier le mandant 2018-2023 à la jeunesse, à son employabilité et à son épanouissement, les plus hautes autorités poussent tous les acteurs à être plus ambitieux face aux défis du chômage des jeunes et à la rareté des ressources financières pour soutenir l’entreprenariat.
En effet, l’objectif de développement du PROCEJ consiste à améliorer l’éducation et la formation pour l’employabilité et les possibilités d’emploi créées par le secteur privé pour les jeunes au Mali. Ce projet s’articule autour de trois composantes à savoir l’éducation et la formation pour l’employabilité; la création d’emplois par le secteur privé pour les jeunes et le renforcement des capacités institutionnelles et de Gestion du Projet. De façon spécifique, le projet vise à créer des opportunités de création d’emplois pour les jeunes à travers l’entreprenariat et l’appui aux PME.
Des micro entreprises résilientes
Les appuis qui seront apportés à ces jeunes comprennent la sensibilisation sur les questions de l’entreprenariat, l’encadrement sur l’élaboration de plans d’affaires simples, et la fourniture de fonds de démarrage (dotation en capital d’environ 300 000 FCFA) tout en facilitant l’accès au microcrédit, l’assistance opérationnelle et l’encadrement sur 12 mois.
Des résultats probants ont été engrangés par l’APEJ au cours de la première phase du PROCEJ. En effet, l’APEJ a formé 10 000 jeunes sur les concepts de base de l’entreprenariat niveau 1 parmi lesquels 6 000 jeunes ont reçu une formation approfondie en entreprenariat (niveau 2) et 3 615 jeunes ont bénéficié de kits / fonds de démarrage dont 1 865 femmes soit 52% (sur une prévision de 40%) contre 1 750 hommes.
Une enquête de suivi des bénéficiaires du volet APEJ réalisée en 2019 sur les deux premières vagues fait ressortir que près de 85% des micros entreprises créées sont toujours en activité. Aussi, une évaluation de 500 entreprises à renforcer est en cours depuis quelques semaines. L’Objectif de développement du Projet de Développement des Compétences et Emploi des Jeunes consiste à « améliorer l’éducation et la formation pour l’employabilité et les possibilités d’emploi créées par le secteur privé pour les jeunes au Mali.
CICOM APEJ 13 – 01 – 2020
www.apej.ml