Dans le cadre des Journées Emploi-Jeunes 2018, quelques 150 jeunes stagiaires du contingent 2017 de l’APEJ ont eu l’opportunité de visiter la ferme de M, Bakary Togola, président de l’Assemblée  permanente des chambres d’agriculture du Mali (APCAM) le samedi 27 janvier 2018.

Cette visite a vu la participation du Ministre de l’emploi et de la formation professionnelle, de plusieurs membres de son cabinet, du directeur général de l’APEJ et des autorités locales de Sanakoroba dont le sous-préfet et le Maire de la commune rurale de Dialakoroba Mamadou Samaké.

Cette marche vers l’emploi rural a commencé par plusieurs interventions dont celles du représentant du Chef de village, du Maire, du président des stagiaires et du Ministre de l’emploi et de la formation professionnelle Maouloud Ben Kattra

Le représentant du chef de village a souhaité la bienvenue à la délégation avant de louer les grandes qualités de M. Togola, un voisin qui réussi son intégration au sein de la communauté à force d’ambitions et de considération aux anciens.

Quant au maire, il a fait part de toute la satisfaction de sa commune d’abriter cette ferme de 600 ha qui procure emplois et revenus aux jeunes et aux femmes de la collectivité. En outre M. Togola assiste la collectivité dans plusieurs domaines sociaux comme le financement de la clôture d’une école récemment.

Le Ministre a invité les jeunes à croire aux nombreuses opportunités offertes par la terre notamment l’agriculture, l’élevage, la pêche, l’arboriculture, le maraîchage, etc.  en transcendant le seul reflexe du bureau aujourd’hui révolu ici comme ailleurs.

L’importance croissante des emplois verts est une tendance lourde qui résulte de l’idée que le défi du changement climatique présente aussi des opportunités pour de nouvelles industries et de nouveaux emplois. De plus en plus, les emplois verts sont présentés comme la voie à privilégier si l’on souhaite concilier les impératifs économiques et la nécessaire protection de l’environnement.

Les jeunes stagiaires ont pu visiter la forêt de 100 ha aménagés par Bakary Togola, la section embouche bovine de 800 têtes où est pratiquée le croisement de races, la section petits ruminants avec 200 têtes, la section pisciculture avec dix bassins de 25m/16m.

Dans cette ferme intégrée, on retrouve également un bassin à caïmans, une section autruches, des champs de céréales, de coton, etc.

Les projets en cours portent sur la formation pratique, la modernisation accrue de la production d’aliments pour la pisciculture, l’herboriculture, la modernisation du système d’’alimentation des animaux, le développement de la faune, etc.

A la fin de la visite M. Togola a prodigué beaucoup de conseils en citant son propre exemple à Koumantou et aujourd’hui à Dialakoroba.  Il a demandé aux jeunes à oser et à convaincre les autorités de leurs ambitions à développer des pôles agricoles partout dans le pays.

Le directeur général de l’APEJ Mahamadou Fofana s’est réjoui de cette visite et a signifié toute la disponibilité de l’APEJ à poursuivre dans ce sens et à accompagner les jeunes dans le cadre des missions de son agence.

Bakary TOGOLA est né en 1960 à Niamala dans la commune rurale de Koumantou, cercle de Bougouni. Après quelques années d’études scolaires, ses parents, notamment son père, le retire de l’école qu’il se consacre entièrement aux travaux champêtres. C’était en 1978 lorsqu’il était en classe de 7ème Année fondamentale.

C’est le départ d’une aventure fabuleuse qui fait de l’homme aujourd’hui l’un des paysans agriculteurs les plus prospères du Mali et de la sous région avec plus de 200 ha de champ à Koumantou. Par son attachement au travail il a le mérite d’avoir réussi le pari de l’autosuffisance alimentaire pour l’ensemble des familles de son village Niamala où il n’y a aucun chômeur.

En effet, grâce à son sens élevé de l’organisation et de la méthode, il est parvenu à inculquer chez tous les jeunes de sa génération au village et environs, le goût de l’effort et de l’union qui fait la force. C’est naturellement pour ses qualités qu’il va successivement diriger l’AV du village et le syndicat des cotonculteurs avant de se voir porté à la tête de l’APCAM, une juste récompense pour ce grand travailleur, qui obtient au compte des campagnes agricoles  des productions considérables en mais, riz, mil, coton, banane, etc.

Source: CICOM/APEJ