Le Ministre de l’emploi et de la formation professionnelle M. Maouloud Ben Kattra a procédé ce dimanche 19 août 2018 au Centre Aoua Kéïta de Bamako, à la clôture de la première session de formation de 900 migrants de retour initiée dans le cadre d’un partenariat entre l’Agence pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes (APEJ) et l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) avec l’appui de l’Union Européenne.

La cérémonie a réuni outre les 150 séminaristes et leurs formateurs, plusieurs cadres du Cabinet et du Secrétariat général du Département, de l’APEJ et de l’OIM dont le Directeur Général Aly Kébé et le représentant du Chef de mission de l’OIM David Coomber.

Premiers à prendre la parole, les deux porte-paroles des seminaristes, Mohamed Ali Ag Alassane ressortissant de la commune d’Esssakane (Goundam) et Mme Assetou Coulibaly de Bamako ont salué cette importante initiative du Gouvernement qui après leur rapatriement leur tend la perche d’une réinsertion professionnelle dans leur pays et dans la dignité.

Comme les autres migrants de retour, Mohamed et Assetou ont été expulsés de la Libye, de l’Algérie, du Maroc et de bien d’autres pays.  Le représentant du Chef de mission de l’OIM, M. David Coomber, a rappelé les missions de son organisation et a souligné toute l’importance qu’elle accordait désormais au partenariat avec l’APEJ qui induit des résultats tangibles au profit des populations.  Il a estimé que les formations au delà du renforcement des capacités managériales des séminaristes les préparent à mieux préparer leur projet migratoire pour ceux-là qui envisagent de repartir ailleurs mais régulièrement et dans la légalité.

Dans son intervention en français et en langue nationale bambara, le ministre Ben Kattra a mis l’accent sur l’originalité du partenariat entre l’APEJ et l’OIM au profit des migrants potentiels et des migrants de retour. Il a à ce titre félicité les deux équipes pour leur travail remarquable.

La ministre a également rappelé qu’il été donné aux séminaristes de s’initier aux outils pratiques de pilotage d’une entreprise à savoir leur rentabilité, leur structuration juridique, le bilan et les fondamentaux d’une gestion responsable.  Cette formation leur a également donné les compétences essentielles pour développer leur propre leadership  et leurs capacités en comptabilité et en marketing indispensables à la réussite de leurs entreprises.

Ainsi à travers ce projet, c’est l’ensemble du Gouvernement de la République du Mali qui lance un message fort contre toutes les formes de migration irrégulière en invitant les jeunes et les moins jeunes à saisir les nombreuses opportunités disponibles fort heureusement dans notre pays.

En effet, l’objectif recherché avec l’appui de l’Organisation Internationale pour les Migrations et l’Union Européenne est de favoriser l’insertion des jeunes migrants de retour dans leur communauté d’origine suivant la stratégie trilogique comprenant l’identification, la formation et le financement des PME. A ce dispositif le ministre a insisté sur le suivi des promoteurs.

Il a indiqué que le Gouvernement à travers son Département et d’autres met à la disposition des populations plusieurs instruments et opportunités à saisir avec esprit d’initiative, audace, confiance en soi et abnégation.

Le partenariat entre l’APEJ et l’OIM est jugé prometteur du moment où elles partagent sur certains axes des missions très proches notamment pour la recherche d’opportunités professionnelles concernant les migrants de retour et plus généralement l’ensemble des jeunes qui constituent, sans un environnement propice, une proie facile face au phénomène migratoire et au radicalisme religieux.

A ce titre, l’APEJ a été impliqué en août 2016 à un programme de recherche et de sélection de 40 jeunes dans la région de Kidal pour le renforcement de leurs capacités.  Ces jeunes ont été formés et outillés dans plusieurs corps de métiers comme le maraîchage, la boulangerie/pâtisserie, le carrelage, la transformation agro-alimentaire, la plomberie sanitaire, l’électricité Bâtiment, l’embouche bovine, la tannerie et la réparation d’engins à deux roues.

Au cours de la même année, l’APEJ a été également impliquée par l’OIM dans l’élaboration d’un projet de formation et d’insertion de 500 jeunes dans les régions du Nord avec une enveloppe totale de 208 220 000 FCFA.

La présente session est la première d’une série de six qui sera exécutée sur l’ensemble du pays au profit de 900 migrants de retour.  La session de formation qui a bénéficié à des migrants de plusieurs régions a coûté  quelques 16 000 000 FCFA.

CICOM APEJ // 19 08 2018